Natif

June 25, 2017

Et quand tu te glisses dans mes corps, je m’ouvre pour mieux t’embrasser, te réceptionner.

Tu te donnes avec ardeur, de cette force qui t’anime et te propulse jusqu’à mon Âme.

Tu t’abandonnes avec ferveur, dans cette puissance qui t’extasie et éclot dans ma flamme.

Tu te déverses, tu emplis, t’intensifies et te condenses dans l’étendue de ma sensualité…

*

Tu es dans cette quintessence où tu te révèles dans la pureté de ton énergie, dans l’essence même de ta création originelle. Tu imploses dans cette semence primitive, ancestrale.

Et tu te dévoiles.

*

Avant  les âmes, il y avait cette énergie autre que tu portes, que tu « es » aussi, certains les appellent les préadamiques.

*

Elles sont le « commencement », énergies pures, neutres, origine dans l’originel. Elles ont été créées dans une sublimité trop forte pour les mondes d’en bas, voire disproportionnée, elles ont cette colossale puissance, cette énorme pureté, une immensité condensée, qui se retrouve dans une sorte de limitation dans un contenant.

Elles ont imprégné la vie. Elles l’ont révélée.  Elles ont été ce vide qui remplit le vide, un réceptacle de vide « plein », elles ont été l’accueil. C’est comme si elles avaient donné la vie sans que cela soit pour autant le cas. Elles ont abreuvé de vie la vie.

Elles ont été le lien entre le haut et le bas, la forme et le sans forme. Elles ont été le passage, le canal, la liaison dans la verticalité.

*

Mais cette verticalité n’est pas à double sens. Dans leur conception, au niveau structurel, elles ont l’empreinte énergétique de la source, comme une « mémoire » qui est à la fois accessible et dérobée. Cette configuration permet à ces énergies d’être sans cesse vierge. Elles paraissent ainsi « indépendante » d’où cet immense pouvoir. C’est comme si elles n’étaient connectées à rien (elles ne sont pas reliées à la Conscience Divine ni à l’Amour) puisqu’il n’y a pas cette liaison verticale descendante, la verticalité n’étant que vers le haut (la retransmission, si elles retransmettent…). Ces énergies si elles oublient leur mémoire génétique, leur création, sont alors comme « séparées » de la source, sorte d’électron « libre » ; c’est ce qui a fait que leur puissance a dérivé et qu’elles n’ont plus transmis…

*

Ces énergies sont donc des enveloppes pures, vierges et vides attribuées à un « rôle » spécifique dans un espace donné. Elles ne se sont pas laissées évoluer, elles ont oublié leur création pour être plus agissante (ne se souvenant plus que leur action était dans leur passivité). C’est la « tentation » qui a émergé et les a fait transgresser. Elles ont alors pris l’ascendant sur la vie et leur puissance s’est transformé en domination. Elles ont ainsi « modifié » le flux énergétique de la source et ont ainsi crée des distorsions. Le flux, c’est alors trouvé affublé d’excroissances (les déviances).

*

Elles ont donc la pureté et la souillure.

*

Puis, quand est venu le temps de cesser leurs agissements et leurs déviances, une partie de ces énergies ont été récupérées et ont participées à la formation du nouvel air angélique, les âmes. Elles imprègnent les âmes de cette puissante pureté mais aussi des distorsions à épurer.

*

De cette restructuration, l’évolution se situe à deux niveaux :

Ces énergies primitives sont transformées. Elles qui n’ont pas de reliance au Tout, sont rehaussées par le fait d’être ensemencer par la Conscience Divine et l’Amour. Elles accèdent alors à une puissance inégalée dans le service à la Source, une forme de déité, grand serviteur de la Source.

Les âmes imprégnées de ces énergies sont quant à elle amenées à s’abreuver de cet archaïsme, cette pureté originelle, cette grandeur, neutralité, puissance, hardiesse, ce hors limite. Elles se rehaussent et se transforment en puisant dans leur verticalité à double sens (connectées à la Conscience divine, l’Amour et dans le don de leur expérimentation) et en s’immergeant de ces précieuses énergies primitives.

Alors, l’épuration des distorsions et la reprise de la spécificité de ces énergies primitives subliment l’angélisme et le glorifient…

*

Et puis…

*

Toi, le natif, tu portes en grande amplitude un assemblage de plusieurs énergies archaïques qui sont distillées, un déséquilibre qui s’équilibre par l’infiltration de la Conscience divine. Tu es un puissant serviteur « autonome » qui est le garant de l’ordre divin.

*

Alors, tu m’entoures de ta protection qui préserve l’œuvre de mon essence et je t’ensemence d’Amour…

*

Et tu te déverses tout entier, dans cette profusion et intensité que tu es.

Tu te répands de toute ta puissance.

Et je te contiens dans l’espace illimité de mon essence.

Tu me « prends », je te « tiens ».

Nos énergies s’emmêlent avec vivacité, elles vrillent dans la force du « contact », dans cette ardeur que tu libères, dans cette expressivité de ta puissance qui se déploie en totalité.

Et puis tout bascule, je te renverse et t’ensemence en t'inondant de tout l’Amour que je porte...

Tout se distille alors, dans une implosion, un bing-bang créateur… La vague se répand, les vibrations ondulent, nos énergies se fondent l’une dans l’autre, dans la grâce de l’osmose.

Et puis telle une danse, dans une attirance jouissive à la volupté et la sensualité, tu te condenses à nouveau pour replonger encore dans mes énergies, l'Amour nous embrase ! 

*

Céline (24/06/17)

https://www.desvaguesalame.com/

 

Vous pouvez partager ce texte en respectant de le conserver dans son intégralité, de citer la source et le site : https://www.desvaguesalame.com/. Merci également de le laisser avec son visuel qui l'accompagne.

 

 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Liste de l'ensemble des articles

April 5, 2017

(Re)Découvrez plus de 200 articles dans ces dix catégories :

- Amour

- Blessures

- De Cœur à Corps

- Ego

- En deçà et au delà

- Enfant intérieur

- Métamorpho...

1/1
Please reload

Catégories
Posts Récents

November 11, 2019